Protéger un patrimoine archivistique, une question de confiance

Le legs d’un patrimoine, qu’il soit matériel ou immatériel, repose sur une émotion importante, voire une attitude ou un état d’esprit : la confiance. Les Augustines ont fait don du monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec ainsi que des dizaines de milliers d’objets et de documents d’archives avec l’assurance que leurs intentions immatérielles soient respectées et surtout préservées pour les générations à venir.

Lire la suite « %s »

Retour sur les travaux des toits de cuivre, du clocher et de sa cloche

À l’été 2017, le Monastère des Augustines a procédé à une cure de rajeunissement de plusieurs de ses éléments architecturaux de cuivre. Plus précisément, les toits de la chapelle, de la sacristie et de l’église ont été changés. De plus, le clocher et le toit de la rotonde, eux aussi recouverts de cuivre, ainsi que la cloche, en plomb, ont fait l’objet d’une réfection.

Lire la suite « %s »

La culture du don: financer l’œuvre hospitalière

Le fait de devenir augustine demande un énorme sacrifice. Ce don de soi au profit de l’œuvre hospitalière a permis à la communauté d’agir auprès des nécessiteux pendant près de 400 ans. Toutefois, leur œuvre a longtemps reposé sur l’apport de particuliers. Voyons quelques exemples de contributions philanthropiques, notamment financières, permettant une continuité de l’œuvre des Augustines dans la ville de Québec.

Lire la suite « %s »

Les pratiques économes des Augustines: un exemple architectural

De l’époque de la Nouvelle-France jusqu’à la moitié du XXe siècle, les habitudes de consommation des Augustines de la Miséricorde de Jésus s’inscrivent principalement dans un esprit d’économie des ressources. L’utilisation des biens va au gré des besoins réels des membres de la communauté. Encore aujourd’hui, rares sont les dépenses superflues. Par ailleurs, qu’il s’agisse de biens matériels ou d’argent, tout appartient à la communauté. Consommer intelligemment relève du vœu de pauvreté que font les Augustines dans le cadre de leur vie consacrée.

Lire la suite « %s »

Les documents de recrutement des Augustines

La communauté des Augustines de la Miséricorde de Jésus, installée en Nouvelle-France en 1639, a vu ses effectifs évoluer au fil du temps. Par exemple, au monastère de L’Hôtel-Dieu de Québec, les religieuses arrivèrent en Nouvelle-France au nombre de trois alors qu’un peu plus de trois siècles plus tard, elles étaient près de 225 âmes, incluant postulantes, novices et professes.

Lire la suite « %s »

Le sens du travail chez les Augustines

Le travail est une notion qui se comprend et qui se vit de plusieurs façons, dépendamment du lieu et de l’époque où on se situe. En communauté religieuse, le travail fait partie intégrante des activités quotidiennes – notamment pour assurer une survie financière ou encore pour éviter l’oisiveté, dont il faut s’éloigner. En ce qui concerne les groupes dotés d’une vocation sociale, comme les Augustines de la Miséricorde de Jésus, le travail est au cœur même de leur mission, de leur raison d’être.

Lire la suite « %s »

Gérer les fruits de la terre

Pendant plus de 300 ans, les Augustines de la Miséricorde de Jésus ont su allier religion, soins infirmiers et une panoplie d’autres savoir-faire. Parmi leurs multiples talents, celui de gestionnaire se démarque et est toujours d’actualité aujourd’hui. Excluant l’administration du monastère et de l’hôpital, les religieuses ont su autrefois maximiser les fruits de la terre. Cet article fait le survol de quelques éléments issus du monde agricole des trois communautés des Augustines de Québec : leurs jardins, leurs seigneuries, leurs achats auprès d’autres producteurs et leurs serres.

Lire la suite « %s »

L’hôpital, lieu de rémission

Lorsqu’on s’imagine les soins de santé en Nouvelle-France aux 17e et 18e siècles, on pense souvent à une misère incroyable où la mort est forcément assurée pour les patients hospitalisés. Évidemment, les hôpitaux de l’époque – tout comme ceux de France – étaient d’abord des lieux où l’on mourrait. Cependant, en fouillant un peu notre histoire médicale, on réalise que les malades admis chez les Augustines en sortaient souvent vivants. 

Lire la suite « %s »

Le charisme hospitalier et la charité chez les Augustines

Lorsqu’on visite pour la première fois le Musée du Monastère des Augustines – en visite autonome ou commentée – un constat bien particulier s’impose généralement à nous : les hospitalières ont œuvré auprès des malades avec bienveillance. Pour mieux comprendre cette attitude qui caractérise bien les Augustines, il faut se tourner vers le charisme hospitalier de la communauté et plus spécifiquement vers la notion de charité, d’où émane cette forme d’altruisme. Voyons d’abord la conception du malade qu’ont encore aujourd’hui les Augustines de la Miséricorde de Jésus, pour ensuite tenter de cerner la notion de charité comme telle.

Lire la suite « %s »