Lire, découvrir et partager: Apprendre à s’aimer un jour à la fois

Dans son superbe livre Apprendre à s’aimer un jour à la fois, Diane Gagnon nous rappelle que l’estime de soi ne survient pas miraculeusement un bon matin. Apprendre à s’aimer est le travail de toute une vie. Ce travail se construit chaque jour par de petits gestes pour soi. L’auteure offre dans ce livre des réflexions comme des pistes de solutions pour apprendre à s’aimer un peu plus chaque jour.

Lire la suite « %s »

Lire, découvrir et partager: La puissance de la joie

« Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie? Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie est la manifestation de notre puissance vitale. La joie ne se décrète pas, mais peut-on l’apprivoiser? La provoquer? La cultiver? » En cette période du temps des Fêtes, nous vous proposons de découvrir le magnifique ouvrage de Frédéric Lenoir La puissance de la joie, publié par la maison d’édition Fayard.

 

Portrait d’une ambassadrice: Anne Delisle

Le Cercle des ambassadrices du Monastère des Augustines est un réseau de femmes accomplies, qui désirent contribuer à assurer la pérennité et la mise en valeur du patrimoine des Augustines, soutenir la mission sociale de mieux-être des individus, et faire rayonner l’offre du Monastère auprès des membres de leur entourage.

Lire la suite « %s »

CET AUTOMNE, Obtenez un rabais ALLANT jusqu’À 40% SUR L’HÉBERGEMENT!

Séjournez au Monastère en forfait Monastique entre le 17 octobre et le 21 décembre 2017, et obtenez un rabais allant jusqu’à 40 % sur l’hébergement et sur nos activités mouvement et ressourcement.

cocooning.jpg

Valide du 17 octobre au 21 décembre 2017 sur le forfait monastique. Utiliser le code promo MON-1101 pour un séjour en forfait monastique. Ne peut être jumelé à aucune autre offre. Valide sur nouvelles réservations seulement.

Réservez en cliquant ici! 

Sujets: Offres et nouvelles

Invitation au Cocktail bénéfice du Monastère

Le 6 décembre prochain aura lieu la première édition du Cocktail bénéfice déambulatoire au profit du projet du Carrefour d’innovation en santé globale, une initiative du Monastère pour le déploiement de sa mission sociale. En plus d’un cocktail dînatoire et d’un encan silencieux proposant des activités originales, produits santé, bouteilles de vin rares et œuvres d’art, les participants auront la chance de découvrir Le Monastère et tout ce qu’il abrite d’inédit en ayant accès à plusieurs sections privées normalement fermées au public.

Le billet individuel est au coût de 195$. Un reçu aux fins d’impôts vous sera remis.

Pour plus d’information, contactez Mme Geneviève Leblanc – gleblanc@monastere.ca.

Pour réserver ou faire un don en ligne, cliquez ici.

Sujets: Événements

Développement durable | Vous avez dit «LOHAS»?

Avez-vous déjà entendu parler du mouvement LOHAS? L’acronyme anglais signifie « Lifestyle of Health and Sustainability ». C’est un concept qui a vu le jour au Japon et qui peut se traduire par « Mode de vie centré sur la santé et le développement durable ». Cette nouvelle tendance invite la population à un mode de vie plus sain et durable, et à une consommation consciente.

Les consommateurs LOHAS croient à un développement durable à travers le respect de l’environnement, de la cohésion sociale et de la santé. Ils préfèrent les produits issus d’une agriculture biologique, favorisent le commerce équitable et de proximité, s’intéressent à la santé holistique et cherchent globalement à vivre en harmonie dans leur communauté et leur environnement.

Vous comprendrez que le Monastère des Augustines adhère à ce mouvement avec son souci de réduire ses impacts environnementaux et son souhait de maximiser les effets sociaux et économiques positifs pour sa communauté.

Dès son ouverture en août 2015, le Monastère a choisi de gérer ses matières résiduelles de manière responsable en réduisant à la source certaines matières (notamment par l’utilisation de vaisselle durable ou compostable), en compostant toutes les matières organiques et en recyclant les matières recyclables. Le Monastère tire aussi la majeure partie de son énergie de source géothermique. De plus, le Monastère choisit ses partenaires-fournisseurs en fonction de la qualité des produits, de leur localisation et des valeurs communes. Cela se traduit par des partenaires alimentaires soucieux de pratiquer une agriculture raisonnée ou biologique, des partenaires de services qui se soucient de la qualité des échanges et de leurs services et, enfin, des partenaires dont nous distribuons les produits en boutique avec une grande fierté pour leur qualité, mais aussi pour leur production responsable.

Et vous? Considérez-vous être dans le mouvement LOHAS?

Pour découvrir plus en détail la mentalité derrière LOHAS voir « What is LOHAS? » (site en anglais) ou « LOHAS : la nouvelle avant-garde? » (site en français).

Sujets: Santé Globale

Lire, découvrir et partager: Pensouillard le hamster

« Il s’appelle Pensouillard. C’est un hamster. Un tout petit hamster. Il court. Dans une roulette. À l’intérieur de votre tête. Vous fait la vie dure. Vous la rend même impossible, parfois. Euh. Souvent.*

Certains jours, il court plus vite que d’autres. Certaines nuits, il vous empêche carrément de dormir. « Personne ne me comprend. » « Que vont-ils penser de moi? » « J’aurais donc dû! » « Pourquoi elle a un chum et pas moi? » « Pourquoi tout le monde y arrive et pas moi? » Pauvre, pauvre petit hamster.

Derrière le tapage incessant de Pensouillard se cache votre ego – celui-là même que les guides de croissance personnelle vous apprennent à cajoler. Face aux petits bobos et aux gros tracas de la vie, il vous fait souffrir, vous leurre, vous empêche d’être libre. Comment le remettre à sa place?

Dans un style vivant et plein d’esprit, le Dr Serge Marquis vous invite à observer les mouvements de votre ego. À vous amuser de ses pitreries. Puis, à ralentir pour trouver la paix. Étape par étape, l’auteur vous guide dans une aventure inattendue, celle de la décroissance personnelle. Une démarche à contre-courant à la fois divertissante et libératrice. Car un petit pas de moins pour Pensouillard, c’est un grand pas de plus pour vous. »

*Texte tiré de la quatrième de couverture.

Livre disponible aux Éditions Transcontinental.

Sujets: CultureSanté Globale

Le développement durable passe par des employés en santé

Le Monastère prône le bien-être, offre des produits et services liés à la santé globale et veut être une référence en santé holistique au Québec. L’importance d’une cohérence entre ce qui est offert au public et ce qui est offert aux employés est capitale, d’une part pour renforcer son positionnement de leader en santé et, d’autre part, pour que les responsables (les employés) du bien-être de nos invités et visiteurs soient eux-mêmes dans un état de bien-être.

 

Le Monastère offre donc un programme de mieux-être avantageux pour ses employés :

 

• l’accès à une assurance santé avantageuse;

• un régime de retraite simplifié avec une cotisation de l’employeur;

• des journées mobiles santé annuellement;

• la possibilité de participer gratuitement aux activités mouvement et ressourcement (3 activités chaque jour : yoga, Essentrics, Qi-gong, Tai Chi, méditation, etc.);

• l’équipe santé globale est disponible pour soutenir les employés en cas de besoin personnel ou pour des questions en lien avec les membres de leur famille;

• des rabais sur tous les soins en santé globale offerts au Monastère (consultation en santé globale, massothérapie, réflexologie et séances privées de mouvement, respiration et posture) et sur tous les produits vendus au comptoir-lunch et au restaurant, ce qui permet un accès à des produits santé en tout temps;

• la possibilité de commander des aliments biologiques à un prix avantageux à travers la Coopérative de producteurs et restaurateurs écoresponsables (PRÉ), une coopérative mise sur pieds par le chef du Monastère;

• des journées de formation gratuites sur la santé globale sont offertes aux responsables et aux superviseurs;

• les gestionnaires ont la possibilité de gérer leur horaire et de faire du télétravail;

• l’accès aux formations et ateliers offerts dans le cadre de la programmation à tarif privilégié;

• l’accès à des douches pour permettre des entrainements à toute heure du jour;

• l’accès à l’eau filtrée partout au Monastère.

Sujets: Santé Globale

Portrait d’une ambassadrice: Brigitte Renaud

Le Cercle des ambassadrices du Monastère des Augustines est un réseau de femmes accomplies, qui désirent contribuer à assurer la pérennité et la mise en valeur du patrimoine des Augustines, soutenir la mission sociale de mieux-être des individus, et faire rayonner l’offre du Monastère auprès des membres de leur entourage.

Ce mois-ci, nous vous présentons Brigitte Renaud, ambassadrice engagée dans sa communauté, notamment chez Moisson Québec.

Quel est votre parcours personnel et professionnel? 

Après des études en commercialisation de la mode et quelques expériences dans le domaine, j’ai travaillé dans celui des achats pour la Maison Simons à Québec. Forte de cette expérience, mon penchant entrepreneurial m’a menée à me lancer en affaires, et j’ai ouvert une boutique de vêtements dans le Vieux-Québec, à 27 ans. J’ai beaucoup appris de cette expérience du point de vue des affaires et aussi de l’humain.

Parallèlement, le Campus Notre-Dame-de-Foy, à Québec, ouvrait un nouveau programme en mode. On m’a offert un poste d’enseignante, et ce nouveau défi me tentait grandement. J’y ai commencé à temps partiel, et cette expérience d’enseignement avec les jeunes m’a comblée. J’en suis venue à enseigner à plein temps et à participer à des travaux de recherche en pédagogie, ce qui a été très motivant pendant 18 belles années.

Puis, mon conjoint, qui est courtier immobilier, m’a fait faire le saut dans son domaine, ce que je fais toujours aujourd’hui. Nous faisons équipe : lui dans le marché commercial et moi dans le marché résidentiel.

Qu’est-ce qui vous touche dans l’offre du Monastère et qu’est-ce qui vous a inspirée à devenir ambassadrice?

J’ai un merveilleux souvenir des sœurs qui m’ont énormément apporté lors de mes études primaires et secondaires à L’École des Ursulines de Québec. Être en contact tous les jours avec ce patrimoine matériel et immatériel m’a fait prendre conscience de la richesse de ce lieu extraordinaire et de toute l’histoire qui s’y rattache.

Ayant entendu parler du projet des Augustines au tout début du processus, j’ai eu l’élan de m’impliquer en voulant collaborer à mettre en valeur ce patrimoine exceptionnel.

Qu’est-ce que c’est pour vous le don et la philanthropie?

Pour moi, c’est donner ce que je peux, à des gens qui en ont besoin, et aider à préserver et à perpétuer une mission sociale qui fait du bien, comme c’est le cas au Monastère des Augustines.

Quelle est votre implication philanthropique?

C’est à La Butineuse, organisme situé dans le secteur de Vanier, à Québec, que j’ai eu ma première expérience de bénévolat. La Butineuse qui offre des repas du midi à des enfants dans le besoin. J’étais dans la trentaine, et ce fut pour moi un choc de réaliser qu’autant de gens étaient démunis et qu’il y avait tant à faire pour eux. C’est donc avec gratitude que j’ai accepté le poste d’administratrice qu’on m’a offert à la banque alimentaire Moisson Québec, il y a six ans. Les besoins sont encore plus grands de nos jours, et Moisson Québec touche plus de 38 000 personnes dans le besoin dans la région de Québec par le biais d’une multitude d’organismes communautaires qui travaillent de concert pour l’aide alimentaire de notre région.

Récemment, j’ai accepté de m’impliquer au sein de l’organisation Action patrimoine et qui contribue à mettre en valeur et à faire connaître le patrimoine bâti du Québec.

Bien sûr, je m’implique aussi au Monastère des Augustines comme ambassadrice. Je participe d’ailleurs sur le comité du Cercle des ambassadrices formé de Marie-France Delisle, Dominique Laflamme et moi-même. Nous essayons de mener à bien différents projets pour faire connaître le Monastère et participer à sa mission.

Quel a été le moment le plus marquant de votre vie?

L’arrivée de mes enfants! Nous avons adopté notre fils aîné Sergueï en Russie, et le cadet Samuel est né quelques mois après. C’est la plus belle expérience que j’ai vécue et que je vis toujours!

Qu’est-ce qui vous passionne?

Beaucoup de choses, mais en ce moment c’est la joaillerie; j’ai débuté un cours à l’École de joaillerie de Québec et j’apprends beaucoup! J’adore aussi les voyages, l’aventure, l’histoire et la gastronomie.

Si vous pouviez retourner dans le passé, quel message livreriez-vous à la jeune femme de 20 ans que vous étiez?

« Profite du moment présent. Sois consciente du moment, sois présente à toi et à ce qui t’entoure. Aie confiance en toi et en la vie. »

Une citation qui vous inspire?

Carpe Diem! (Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain!)

Quand vous voulez vous détendre, que faites-vous?

J’aime beaucoup lire! Je lis de tout, mais je viens de terminer le dernier livre d’Arturo Pérez-Reverte que j’ai beaucoup apprécié. J’ai toujours des livres de chevet qui m’attendent au gré de mes besoins et intérêts. Eckhart Tolle et Nicole Bordeleau sont des auteurs qui m’accompagnent présentement.

Pour me ressourcer, j’adore aller me promener en nature, aller dans les musées et au cinéma.

Quels sont vos prochains défis?

Vivre le moment présent!

J’entre dans une période de transition de la vie avec les enfants qui ont quitté la maison. J’aimerais poursuivre dans cette période en y trouvant une nouvelle harmonie; je ne me donne pas trop de défis… Je veux simplement faire des choses que j’aime et qui m’apportent et qui apportent aux autres.

Sujets: Ambassadrices

Portrait d’une ambassadrice: Anne-Marie Boissonnault

Le Cercle des ambassadrices du Monastère des Augustines est un réseau de femmes accomplies qui désirent contribuer à assurer la pérennité et la mise en valeur du patrimoine des Augustines, soutenir la mission sociale de mieux-être des individus, et faire rayonner l’offre du Monastère auprès des membres de leur entourage.

Ce mois-ci, nous vous présentons le portrait d’Anne-Marie Boissonnault, fondatrice de Maison 1608 (anciennement YQB Média).

Quel est votre parcours personnel et professionnel?  

J’ai souvent préféré les chemins les moins fréquentés. À la suite de mon baccalauréat en communication et en sciences politiques, je voulais faire une maîtrise sans imposer des frais supplémentaires à mes parents. J’ai épluché un immense livre sur les prêts et bourses d’études à la bibliothèque (Eh oui! C’était juste avant l’arrivée d’Internet) de l’Université de Montréal. J’y ai trouvé une bourse d’études offerte par le ministère de la Défense nationale. J’ai soumis mon projet de maîtrise et j’ai obtenu la bourse deux ans de suite, me permettant de continuer à étudier. Cette histoire illustre bien qu’il y a toujours moyen d’obtenir ce que nous souhaitons et qu’en prenant des moyens extraordinaires, nous pouvons avoir des résultats imprévisibles! En faisant preuve d’audace, il nous arrive des choses audacieuses.

Depuis mon jeune âge, j’utilisais l’argent de mes paies pour m’acheter des magazines. Après ma graduation, j’ai été recrutée par l’agence de publicité Bleublancrouge. Puis, j’ai eu l’occasion de joindre le fondateur de SkiPresse pour développer son magazine. On a bâti ensemble l’entreprise, et nous sommes passés de 2 à 25 employés. Le ski m’a apporté beaucoup : les voyages et … l’amour! J’ai rencontré mon mari en ski à Bromont. J’habitais Montréal, lui Québec, on a choisi Québec. J’ai donné naissance à notre fils, Ari, qui a aujourd’hui 12 ans, et malgré que nous habitions Québec, je poursuivais ma carrière chez SkiPresse à Montréal. Je voyageais beaucoup, et beaucoup à l’étranger, et c’était devenu compliqué. Je suis allée voir une chasseuse de tête pour me trouver un boulot à Québec. Elle m’a fait comprendre que j’avais tout intérêt à exploiter ma nature entrepreneuriale. Malgré ma résistance – et mes craintes – je me suis lancée en affaires.

J’ai fondé YQB Média en 2008. Je souhaitais offrir mon expertise en édition de magazines aux marques québécoises. Nous étions en quelque sorte des précurseurs en marketing de contenu, qui est devenu la norme aujourd’hui.

Mon entreprise a grandi rapidement. Mais même si la business me passionnait, je vivais un grand manque : un deuxième enfant. Puis en 2014, ma fille est née alors que j’avais 44 ans. Je sais combien la maternité après un certain âge – et pour une femme en affaires – peut faire peur et je tiens à dire que c’est tout à fait possible. J’en suis la preuve vivante!

En 2016, j’ai accepté une offre d’achat de Solisco, un imprimeur majeur au Canada, et YQB Média est devenue MAISON 1608 par Solisco. J’agis maintenant à titre de vice-présidente, design et contenu, de Solisco tout en dirigeant la croissance de MAISON 1608.

Qu’est-ce qui vous touche dans l’offre du Monastère et qu’est-ce qui vous a inspirée à devenir ambassadrice?

J’ai toujours été très inspirée par l’implication de mon amie Dominique Laflamme et par la philanthropie de la famille Price. Je suis entourée de gens généreux qui n’hésitent pas à donner au suivant. Lorsque Dominique m’a proposé de devenir ambassadrice, j’ai décidé qu’il était temps de faire un chèque! J’ai toujours donné du temps et de l’énergie à des causes, mais faire un chèque, c’est autre chose. Je remercie Dominique de m’avoir aidée à faire ce pas. Je me souviens d’avoir ressenti une grande fierté, de me dire : « tu es rendue là ma fille, bravo! ». Et comme je suis très « girl power », soutenir le Monastère et le legs de la communauté des Augustines est en lien avec mes valeurs. La communauté des Augustines – avec celle des Ursulines – est fondatrice de notre pays; elles ont bâti la colonie et pris soin de notre peuple pendant près de 400 ans. Qu’elles lèguent leur patrimoine matériel et immatériel de leur vivant, c’est un don inestimable pour notre mémoire collective. Et ça rappelle combien les femmes ont été des actrices importantes de notre histoire.

Qu’est-ce que c’est pour vous le don et la philanthropie?

C’est donner au suivant. Prendre soin de l’autre, qu’on le connaisse ou non. Ma mère est très généreuse et m’a toujours montré l’exemple. Il y a plusieurs façons de donner et d’exprimer sa générosité : l’écoute, l’amour, le partage, la compassion et aussi le soutien financier. Ma philanthropie passe par l’influence et d’autres fois, par la contribution financière.

Quelle est votre implication philanthropique?

Je soutiens principalement les causes qui viennent en aide aux femmes et aux enfants et je tente de m’impliquer à la hauteur de mes capacités. J’ai soutenu le Pignon Bleu à titre de vice–présidente d’honneur (avec Ross Gaudreault) de la soirée de célébration des 30 ans du Café du Monde au profit de l’organisme. Je suis ambassadrice de la Fondation Lise Watier et j’ai été impliquée sur le CA de la Fondation Épiderma. Je suis également présidente du conseil d’administration de la Société des communicateurs de Québec (SOCOM) et siège au conseil d’administration du Pôle culturel du Monastère des Ursulines.

De plus, à chaque numéro du 1608, nous mettons de l’avant une cause de Québec. Nous avons déjà mis en lumière plus de 16 organismes et causes qui font la différence.

Quel a été le moment le plus marquant de votre vie?

Hmmm. La mort de ma meilleure amie Marie-Soleil Tougas à l’âge de 27 ans, dans un accident d’avion. Ça a fait 20 ans en août. C’était une fille intelligente et sensible, fonceuse et déterminée. Lorsqu’elle est décédée, j’ai pris conscience de la fragilité de la vie et ressenti un sentiment d’urgence. Ça a été une onde de choc terrible, mais j’ai décidé de tout tenter pour vivre la vie de mes rêves. Je sens qu’elle m’accompagne telle une étoile dans ma vie. Le second événement marquant, c’est d’avoir rencontré mon mari Simon. Il est aussi très intelligent et sensible, et sa confiance en lui, en moi et en nous m’a permis de dévoiler mon plein potentiel. Il m’a permis d’atteindre le but le plus important : une famille unie et heureuse.

Qu’est-ce qui vous passionne?

Tout! Je suis passionnée du beau, de l’esthétisme, de l’élégance et du raffinement. Bien que je sois très urbaine, la nature m’inspire beaucoup. La beauté dans la nature est inatteignable. Je suis passionnée de déco, d’études, de fleurs, de sports, de musique, de mode. Je suis très inspirée par les jeunes, dont mes enfants et mes jeunes collègues. Les millénaires que je côtoie sont impressionnants. Les voyages sont une de mes plus grandes passions et sources d’inspiration. J’ajouterais aussi que je suis passionnée et inspirée par le « girl power ». Les femmes fortes m’ont toujours inspirée.

Si vous pouviez retourner dans le passé, quel message livreriez-vous à la jeune femme de 20 ans que vous étiez?

Premièrement, je l’inviterais à boire un verre de chardonnay! Ensuite, je lui dirais : « Everything’s going to be alright! Rêve ta vie et vis tes rêves. »

Une citation qui vous inspire?

« She believed she could so she did. »

Quand vous voulez vousdétendre, que faites-vous?

Je fais du Pinterest! J’épingle des tableaux « home », « voyage », des fleurs et de la mode.

Quels sont les prochains défis et rêves que vous souhaitez réaliser?

En 2015-2016, après deux déménagements et un bébé, j’étais épuisée. J’ai choisi de me faire accompagner par un coach, Pierre-Hughes Geoffroy de chez Umanovo. Pierre-Hugues a une approche holistique. On travaille autant le corps que l’esprit. Il m’a amenée à méditer. J’ai appris à baisser mon niveau de culpabilité. Je fais des exercices de visualisation et j’apprécie le moment présent. En 2017, j’ai l’impression que c’est la meilleure année de ma vie. Mon cheminement semble porter fruit.

J’ai une opportunité d’affaires exceptionnelle avec mes nouvelles fonctions chez Solisco. J’ai envie d’exploiter davantage le marché américain. Avec MAISON 1608, je veux développer les synergies potentielles dans nos clientèles. Mais surtout, je veux garder le cap et continuer de croire que les valeurs peuvent mener les affaires plutôt que l’inverse.

Enfin, je veux m’assurer du bonheur de mes enfants et qu’ils aient le meilleur pour grandir, vivre leurs rêves et leur inculquer que tout est possible.

Sujets: Ambassadrices