Une région en croissance : fondation de l’Hôtel-Dieu de Lévis

Au tournant des années 1890, les Augustines étaient fortement ancrées sur le territoire de la ville de Québec. L’Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur s’était ajouté, en 1873, à l’Hôtel-Dieu de Québec et à l’Hôpital général de Québec. Quelques augustines de l’Hôpital général ont même investi de nouveaux territoires, quand elles sont allées fonder l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier de Chicoutimi en 1884, puis celui de Lévis en 1892. La communauté était donc en pleine croissance. Pour mieux comprendre les raisons derrière la fondation de nouveaux hôpitaux par les Augustines, prenons en exemple celui de Lévis.

Lire la suite « %s »

Protéger un patrimoine archivistique, une question de confiance

Le legs d’un patrimoine, qu’il soit matériel ou immatériel, repose sur une émotion importante, voire une attitude ou un état d’esprit : la confiance. Les Augustines ont fait don du monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec ainsi que des dizaines de milliers d’objets et de documents d’archives avec l’assurance que leurs intentions immatérielles soient respectées et surtout préservées pour les générations à venir.

Lire la suite « %s »

Le premier musée de l’Hôpital général de Québec

En 2018, les Augustines de l’Hôpital général de Québec célèbrent le 325e anniversaire de leur communauté. Dès le début du 20e siècle, elles ont eu le souci de protéger et de rendre accessible leur patrimoine matériel accumulé après autant d’années. Inauguré en 1930, le musée de l’Hôpital général de Québec était à l’époque le premier musée monastique de la ville de Québec.

Lire la suite « %s »

Trouvaille du mois – Qui sait?

QUI SAIT? JEU INSTRUCTIF – Ce jeu questionnaire, soulignant le troisième centenaire de la ville de Québec de 1908, est composé de cartes de jeu quadrillées et de questions à réponse courte. Ces dernières sont lues à l’ensemble des joueurs et le premier à répondre correctement place le carton correspondant sur sa carte de jeu. Le premier joueur à compléter sa carte gagne la partie. 

Lire la suite « %s »