La compassion en héritage

 

Hospitalière soignant le Seigneur dans la personne d’un malade Claude François, dit Frère Luc 1670. Huile sur toile. Collection du Monastère de L’Hôtel-Dieu de Québec; classé « bien historique »

Véritable joyau de la collection du Monastère des Augustines, cette œuvre de Frère Luc témoigne de la compassion guidant les Augustines dans les soins prodigués aux malades.

Lire la suite « %s »

La compassion, vertu des Augustines

Depuis leur arrivée en Nouvelle-France en 1639, les Augustines ont toujours été guidées par la compassion dans leur vie quotidienne et dans les soins qu’elles ont prodigués à leurs malades, qu’ils soient colons français, voisins amérindiens, marins espagnols ou soldats britanniques.

Lire la suite « %s »

Lire, découvrir et partager

Ce mois-ci, nous vous proposons un livre en lien avec la nourriture du corps, de l’âme et de l’esprit. Le Plaisir et la Santé dans la même assiette, écrit par Imane Lahlou, directrice Expérience santé globale au Monastère, est un véritable hymne à la vie!

Lire la suite « %s »

Le voleur de sucre au Monastère

 

« Il n’y a pas, à part peut-être le miel et la mélasse, de produit plus fin, de plaisir plus pur que ce que l’on extrait de l’érable depuis que les Hurons ont trahi le secret. La recette est désarmante de simplicité. Il suffit d’entailler les érables à sucre afin d’en recueillir la sève. Ce jus précieux est ensuite bouilli sur un feu constant jusqu’à l’obtention d’un sirop. Voilà. (…) Des fortunes et des empires se sont construits autour de la feuille d’érable divine. La preuve en est que, partout dans Amqui, flotte un drapeau blanc et rouge arborant en son centre une feuille d’érable. (…) Le visiteur sait dès son arrivée qu’il se trouve au centre de l’univers, à la source de toute joie.»- Éric Dupont, Voleurs de sucre, Éditions du Marchand de feuilles, 2004, p.41-42

Lire la suite « %s »

LE SUCRE DU PAYS

Agathe de Repentigny en envoyait à Louis XIV sous forme de dragées, tandis que Frontenac en demandait 10 livres à Mère de Sainte-Hélène, supérieure des Augustines de l’Hôtel-Dieu. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la production de sirop et de sucre d’érable était généralement utilisée dans la pharmacopée de l’Hôtel-Dieu comme médicament afin de soigner les rhumes et les maladies pulmonaires. Seuls les pauvres s’en servaient pour sucrer aliments et boissons!

Lire la suite « %s »

La charité, pour l’amour du bon Dieu

Au cours des dernières semaines, un nouveau banc1 a été installé dans le hall du Monastère des Augustines. Ce banc-lit, communément appelé banc de quêteux, date du 19e siècle. Reçu dans les collections des Augustines par une donatrice privée vers le milieu du 20e siècle, cette pièce est désormais reconnue comme un bien historique par le Gouvernement du Québec. Le siège et la façade de ce banc se rabattent et forment une boîte dans laquelle était étendue une paillasse servant de lit au quêteux de passage.

Lire la suite « %s »

Se chauffer au Monastère

Depuis l’ouverture officielle du Monastère des Augustines, où j’ai le plaisir de vous accueillir comme guide-animateur, les visiteurs me posent toutes sortes de questions plus pertinentes les unes que les autres. La visite commentée est riche en contenus, mais il est impossible d’aborder intégralement l’histoire d’une si importante communauté religieuse dans une seule visite.

Lire la suite « %s »

Une programmation unique pour 2016

 

Le Monastère des Augustines vous offre une programmation variée et inédite dont les thèmes touchent la santé globale et la culture. Pour l’année 2016, Le Monastère vous prépare une programmation exceptionnelle et d’une très grande qualité.  Notez que ce travail se fait en continu tout au long de l’année, c’est pourquoi nous vous invitons à consulter régulièrement notre site Web pour ne rien manquer.

Lire la suite « %s »

Un patrimoine sensible et utile

 

La mise en valeur d’un patrimoine utile

La valeur historique et patrimoniale des collections et des archives des Augustines est considérable et de première importance. En effet, conservatrices dans l’âme, les Augustines ont conservé religieusement les objets et documents depuis la toute première fondation en 1639.

Lire la suite « %s »