Ensemble pour la richesse du terroir québécois

« Manger, c’est incorporer un territoire » – Jean Brunhes, géographe (1869-1930)

Connaissez-vous la coopérative de solidarité Le PRÉ? L’équipe du Monastère est fière de compter parmi les siens un des deux cofondateurs, le directeur de la restauration et des événements, Christophe Perny. C’est en collaborant avec Cavila Dubé, propriétaire du Jardin des Arômes, à Pintendre, que l’idée a vu le jour. Ensemble, ils ont décidé de créer une nouvelle coopérative pour qu’un plus grand nombre de restaurateurs aient accès à des produits frais en provenance de la région.

Le PRÉ, acronyme de Producteurs restaurateurs écoresponsables, a été créé au printemps 2017. Le but est de réunir les producteurs locaux et les restaurateurs pour qu’ils travaillent ensemble, afin que tous y gagnent et particulièrement les consommateurs qui savourent les produits frais dans leurs assiettes. Le PRÉ permet aux producteurs de se concentrer davantage sur leur production et aux restaurateurs de combler leurs besoins en produits locaux frais et de qualité.

La coopérative regroupe présentement une trentaine de producteurs biologiques ou pratiquant la culture raisonnée, c’est-à-dire non affichée biologique, mais ayant des méthodes de production écoresponsables. Tous respectent la terre et donnent de l’amour à ce qu’ils cultivent. Ces producteurs viennent tous de la périphérie de la ville de Québec

À ce jour, six restaurants de Québec en font partie :

– Le Monastère des Augustines
– Chez Boulay
– Le Bonne Entente
– La Bête
– Le Laurie Raphaël
– Le Hilton

Le PRÉ poursuit son développement, puisque des éleveurs de la région de Québec, des pêcheurs de la Gaspésie et de nouveaux restaurateurs de la ville de Québec se joindront sous peu à la coopérative.

Les avantages de la collaboration

Ce regroupement permet aux producteurs agricoles de se faire connaître plus facilement auprès des restaurateurs et de sauver ainsi du temps. Par exemple, le PRÉ intervient afin de réduire les contacts individuels entre les producteurs et chaque restaurant, tout en réduisant le nombre d’intermédiaires. La distribution aux membres restaurateurs est aussi prise en charge par la coopérative. Producteurs comme restaurateurs peuvent ainsi se concentrer sur leur expertise respective.

Des valeurs écoresponsables et économiques

S’approvisionner en produits locaux est un principe écoresponsable qui est aussi intéressant du côté économique. D’une part, l’argent dépensé demeure dans l’économie locale et permet le maintien de même que la création d’emplois dans des entreprises québécoises. D’autre part, les restaurateurs qui ont à cœur de faire découvrir l’agriculture d’ici à leurs clients ont accès à des produits frais sans l’intervention d’intermédiaires, ce qui diminue les coûts finaux. Les producteurs bénéficient eux aussi d’une diminution de coûts reliés à la mise en marché et à la livraison. Ces économies permettent d’offrir des produits d’une très grande qualité à juste prix pour les consommateurs.

 

 

Au final, la coopérative Le PRÉ a pour objectif d’offrir aux consommateurs des produits locaux de grande qualité, et ce, directement dans leurs assiettes.

 

Fraîcheur et saveur au rendez-vous

Avec la coopérative Le PRÉ, on réduit l’impact environnemental du transport en privilégiant un approvisionnement local. Un circuit d’approvisionnement court nécessite moins de kilomètres à parcourir, moins de camions sur la route, moins d’émissions de carbone, etc. De plus, ce type de parcours assure plus de fraîcheur, ce qui se traduit par une meilleure qualité dans l’assiette. Dans certains cas, il peut s’écouler à peine trois jours entre la cueillette et le moment où le produit se retrouve dans les cuisines des restaurants. Contrairement à l’importation d’aliments, on prévient le gaspillage lié au processus d’entreposage.

***

Le PRÉ développe le marché de la restauration bio, raisonnée et locale. « À plus long terme, nous souhaitons aussi sensibiliser les équipes en cuisine, les clients et même les enfants, car ce sont eux les futurs producteurs, restaurateurs et consommateurs », nous explique Christophe Perny, chef exécutif du Monastère. Le but ultime est donc de transmettre l’amour et le respect de la terre afin de développer des habitudes écoresponsables, de promouvoir la qualité et la richesse du terroir québécois pour cultiver le bonheur et la fierté de manger des produits d’ici.