Le rire, médecine du corps et de l’esprit

Qu’il est bon de rire! La simple évocation du mot nous fait sourire. Sans même recourir aux résultats des recherches scientifiques, nous ressentons les bienfaits du rire autant sur le corps que sur l’esprit. « Le rire est le propre de l’homme », nous rappelle François Rabelais, ce médecin humaniste et poète qui a marqué la Renaissance par ses travaux et ses écrits. Telle une ode à la vie, le rire traverse le temps. Il est exploré par les philosophes, médecins, psychanalystes, auteurs et poètes. Le rire est aussi l’ingrédient essentiel aux œuvres théâtrales, cinéma, cirque et spectacles de la rue. Aujourd’hui, le rire est également reconnu comme un outil thérapeutique, un remède bénéfique autant pour le corps que pour l’esprit.

Jeune couple heureux

 

Rire pour mieux guérir

Au cours des années 70, le rire est introduit dans la pratique médicale grâce à l’œuvre révolutionnaire du Dr Hunter « Patch » Adams. Ce médecin, clown, artiste et fondateur du célèbre Institut Gesundheit en 1971, utilisait le rire et l’humour comme un « instrument thérapeutique » pour détendre les enfants et les aider à mieux réagir aux traitements. Aujourd’hui, les recherches révèlent que les effets du rire touchent autant les dimensions physique, mentale, émotionnelle et spirituelle de l’être humain. Du yoga du rire à la rigolothérapie, les méthodes se déclinent au sein de différents organismes (par exemple, hôpitaux, écoles, centres de jeunesse, clubs du rire, centres de ressourcement, etc.), pour offrir un outil préventif ou thérapeutique, ou simplement pour le plaisir de célébrer la vie.

Au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL), le clown du Centre mère enfant, Dr Clown, est un personnage clé dans le soutien et le support des familles ainsi que des enfants. Sa seule présence déclenche le sourire des enfants. Quand il prend la parole, les éclats de rire fusent dans les chambres comme un artifice pétillant de couleur et de bonheur. Le rire, symbole de joie et de bien-être, est une réponse physique involontaire qui se manifeste en présence d’une émotion ou d’une situation agréable. Le passage de Dr Clown aide les enfants et les parents à voir le soleil à travers les nuages et les ombrages de la vie.

Une onde de bonheur

D’un point de vue physiologique, le rire met en jeu de nombreux muscles et organes dans notre corps. Il sollicite le visage, le larynx, la cage thoracique, le cœur, les muscles abdominaux, les jambes et bien sûr le cerveau. Il se propage de la tête au pied, telle une onde de bonheur en créant des mécanismes spécifiques et en sécrétant des molécules à l’origine de cet état de relâchement et de bien-être profond. Découvrons ensemble quelques mécanismes à l’origine de ses bienfaits thérapeutiques.

« Rire, un jogging stationnaire »

C’est au Dr Henri Rubinstein que nous devons cette magnifique expression. Ce médecin et neurologue a travaillé sur les mécanismes physiologiques, l’histoire et la fonction sociale du rire. Ses recherches font partie des nombreuses investigations qui confirment aujourd’hui que le rire procure les mêmes effets qu’un exercice doux et modéré. En induisant naturellement une amplitude maximale du rythme respiratoire et en créant une action sur le diaphragme et la plupart des muscles du corps, de même qu’un massage des côtes, le rire est une agréable et douce alternative, pour ajouter du mouvement dans notre journée.

Sourire à la vie

« L’humour a non seulement quelque chose de libérateur, mais encore quelque chose de sublime et d’élevé », est une des plus célèbres citations de Sigmund Freud. En effet, le rire stimule l’hypothalamus, une glande qui pourrait être comparée à un centre de production d’émojis sourire. Ces endorphines réduisent les excès d’adrénaline et de cortisol, les hormones impliquées dans le mécanisme du stress. Nos « hormones du bonheur » créent un relâchement des tensions et apaisent le corps et l’esprit.

De plus le rire permet d’équilibrer les systèmes sympathiques et parasympathiques qui constituent le système nerveux autonome (ou végétatif). Ce système permet de réguler tous les processus corporels se produisant automatiquement, tels que la circulation sanguine, la fréquence cardiaque, la pression artérielle, la respiration, la digestion, le maintien de la température et notre réaction au stress. Le système nerveux sympathique, associé à l’activité de la noradrénaline et l’adrénaline (des neurotransmetteurs) est responsable de la réponse dite « de combat ou de fuite » en présence d’un stress. À l’inverse, le système parasympathique induit la sécrétion de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui induit une réponse de « relaxation » et un ralentissement du rythme cardiaque et de la respiration.

 

Un analgésique naturel et sans effets secondaires

Il est admis que la douleur est un des motifs de consultation des plus fréquents. Il est d’ailleurs en tête de liste des raisons des arrêts de travail. Les recherches démontrent que le rire, comme l’activité physique, stimule la sécrétion cérébrale des catécholamines ou « hormone de l’éveil ». Ces molécules renforcent la production des endorphines, notre morphine naturelle, permettant ainsi de réduire la douleur. Rire est donc un analgésique naturel, disponible tous les jours dans notre pharmacopée personnelle et universelle.

Rire pour mieux digérer

C’est probablement un des bienfaits les moins connus du rire. C’est pourtant un précieux remède pour soutenir la santé digestive. D’un point de vue mécanique, le rire provoque un mouvement et un massage de l’intestin, du pancréas et du foie. C’est d’ailleurs un outil efficace pour stimuler le péristaltisme et prévenir la constipation. D’un point de vue biochimique, le rire stimule la sécrétion du suc pancréatique (enzyme impliquée dans la digestion des glucides, des lipides et des protéines) et de la bile (liquide essentiel à la digestion des matières grasses et à l’élimination de l’excès de cholestérol). L’action sur l’axe parasympathique a aussi des effets sur la stimulation des glandes salivaires et des sucs digestifs.

Un outil pour favoriser l’apprentissage des petits et des grands

Dans les écoles, la dimension ludique stimule la créativité des enfants. Plus tard, le rire détend les élèves et permet de réduire la peur de l’échec ou simplement de commettre des erreurs. Rire est sans aucun doute un des meilleurs outils pédagogiques pour tisser et renforcer les liens entre les enseignants et les enfants.

***

Cultiver le rire au cœur de nos vies est un remède pour le corps et pour l’esprit. Avant même d’apprendre à parler, le nouveau-né maîtrise parfaitement cet art essentiel à l’exploration de la vie. Le rire, comme la musique et la danse, est un langage universel qui unit les civilisations et les cultures. C’est un générateur de liens au sein de la communauté. Le rire rassemble les familles et les amis. Il rallie les collègues et permet de créer un esprit de fraternité. Il est une mélodie qui renforce les valeurs humaines dans toutes les institutions et tous les organismes. Le rire, telle une onde de bonheur, prend naissance à l’intérieur de soi et se propage en cultivant les vibrations de la joie.