L’École des Infirmières de l’Hôtel-Dieu de Québec

Une question trotte dans la tête de plusieurs visiteurs du musée : les Augustines possèdent-elles un diplôme d’infirmière? Jusqu’au début du XXe siècle, les Augustines, responsables des soins des malades, se forment entre elles grâce à un apprentissage basé sur le mimétisme, en reproduisant les gestes de leurs aînées. La fin du XIXe siècle amène la révolution médicale; les exigences au sein de l’hôpital se font de plus en plus grandes. L’augustine doit bientôt fréquenter l’école!

Le docteur Ahern, un visionnaire

L’École des infirmières de l’Hôtel-Dieu de Québec est fondée en janvier 1904 par le docteur Michael Joseph Ahern. Le docteur Ahern est bien connu au sein de l’hôpital pour ses qualités de chirurgien. On le sait capable de pratiquer les opérations les plus délicates! Il est également l’un des premiers médecins à mettre en pratique les principes de l’asepsie et de l’antisepsie à l’Hôtel-Dieu de Québec. Le docteur Ahern reste le seul professeur de l’école jusqu’à son décès en 1914. Il est succédé par Arthur Rousseau qui sollicite l’aide de trois autres confrères quelques années plus tard. En 1933, l’École des infirmières s’affilie à l’Université Laval. Dès lors, certaines augustines suivent une formation plus poussée sous forme de baccalauréat ou de certificat.

Une formation des plus variées

À quoi ressemble la formation d’infirmière de l’époque? Le cursus scolaire regroupe trois volets : religieux, éducationnel et professionnel. Le corps professoral est composé à la fois de religieux et de laïcs. On souhaite que l’infirmière acquiert les savoir-faire de sa profession tout en possédant une bonne culture générale. On porte une attention particulière à l’enseignement de la langue française. Les cours d’histoire et de littérature française sont au menu!

Les temps changent, place aux laïques!

En 1950, l’École des infirmières de l’Hôtel-Dieu de Québec ouvre ses portes aux laïques. Il n’est désormais plus nécessaire d’être religieuse pour graduer. Dans les années 1960, la Commission Parent entraîne la création des cégeps, qui offrent bientôt une formation en soins infirmiers. L’École des infirmières de l’Hôtel-Dieu de Québec ferme finalement ses portes en 1972, après 68 ans d’existence. Rappelons toutefois qu’elle a permis de former 1 343 infirmiers et infirmières, dont 290 augustines.

Bien que les Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec ne pratiquent plus à l’hôpital, elles continuent toujours d’apporter leur soutien aux malades, que ce soit par la prière ou encore en rencontrant des patients à l’Hôtel-Dieu de Québec. Elles ne soignent certes plus les corps, mais les âmes les tiennent encore occupées!

 

Une leçon d’anatomie à l’École des infirmières, vers 1960

© Archives du Monastère des Augustines

 

Alix Vallerand, Guide, Musée du Monastère des Augustines