L’engagement du Monastère pour le bien des soignants

L’histoire du Monastère des Augustines prend racine dans l’engagement de trois jeunes femmes courageuses, animées par la volonté de soigner les corps et les âmes, arrivées à Québec depuis la France en 1639. Fondatrices du premier hopital au nord du Mexique et de 12 monastères-hôpitaux, les Augustines ont jeté les bases du système de santé actuel au Québec. En effet, l’ensemble des hôpitaux fondés par celles-ci ont été intégrés au réseau public de santé québécois et sont encore en fonction.

Dans le but de prolonger la mission hospitalière des Augustines, Le Monastère accompagne divers intervenants, tels que les travailleurs du milieu de la santé et des services sociaux, dans une approche globale face à leur propre santé. Parmi les différents volets liés à sa mission sociale, Le Monastère offre ainsi des activités de ressourcement à ces soignants, conçus à leur intention.

Afin de proposer une offre pleinement adaptée à leurs besoins et grâce au soutien financier de  la Fondation Béati. Le Monastère a débuté, il y a 4 ans, une recherche participative avec certains soignants œuvrant dans différents milieux. L’objectif poursuivi par cette recherche était de mieux comprendre comment prendre soin des soignants à la manière des Augustines, dans le contexte actuel.

C’est une véritable expertise en accompagnement de ressourcement que cet exercice a permis au Monastère de développer pour les soignants. Celle-ci est basée sur une compréhension sensible de leur situation et sur des valeurs chères aux Augustines telles que l’hospitalité, le soin, l’intériorité et la vie communautaire.

Mais au-delà de l’élaboration d’une approche unique et novatrice, cet exercice a permis aux soignants de partager leur passion et leur expérience, riche en humanité et en dévouement. Nous vous invitons donc à visionner le témoignage de Louise, infirmière dont l’engagement fait toute la différence dans la vie de ceux et celles dont elle prend soin. Nous la remercions, ainsi que tous ceux qui ont accepté de se livrer et de s’engager dans cette recherche participative menée par Le Monastère des Augustines.