Les neurotransmetteurs, ces précieux messagers de notre corps

On pourrait comparer le cerveau à une centrale électrique qui émet et reçoit des signaux tout au long de la journée et de la nuit. Le système nerveux communique ainsi avec les différentes parties du corps pour maintenir l’homéostasie et la cohérence au sein de l’organisme et de l’esprit. Ces ondes électriques permettent de coordonner le mouvement, la respiration, la douleur, la faim, la satiété, la mémoire, la concentration, l’impulsivité, la colère, la joie, la tristesse, etc. La circulation de ce flux électrique est générée par des médiateurs chimiques, aussi appelés neurotransmetteurs, qui jouent un rôle déterminant pour notre bien-être physique et mental. Ces neurotransmetteurs, essentiellement produits dans le cerveau et le système digestif, sont sécrétés à des moments spécifiques de la journée. Notre alimentation, notre mode de vie et l’environnement influencent la synthèse et la circulation de ces petites perles dans le corps. La dopamine, l’acétylcholine, l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) et la sérotonine sont des neurotransmetteurs jouant un rôle déterminant pour l’équilibre du corps et l’harmonie de l’esprit. Découvrons ensemble les fonctions de ces précieux neurotransmetteurs.

 

La dopamine

La dopamine est synthétisée par certaines cellules nerveuses à partir de deux acides aminés issus de notre alimentation : la tyrosine et la phénylalanine. Ce neurotransmetteur joue un rôle majeur dans le contrôle du mouvement et de la posture, ainsi que dans la croissance des tissus et le fonctionnement du système immunitaire. La dopamine intervient également dans la sécrétion de l’hormone de croissance. Il est essentiel de noter le rôle modulateur de ce neurotransmetteur en matière de l’énergie, d’humeur, de motivation, de recherche du plaisir et du désir sexuel. La dopamine est aussi associée à l’état d’alerte et de vigilance ainsi qu’aux comportements de fuite ou de combat.

Un déséquilibre au niveau de ce neurotransmetteur peut entraîner un état de dépendance notamment à la caféine, aux boissons « énergétiques », à l’alcool. Une carence en dopamine semble être observée dans les cas d’épuisement, de dépression, de manque de motivation et de prise d’initiative. Par ailleurs, la perte de dopamine dans certaines parties du cerveau entraîne la rigidité musculaire typique de la maladie de Parkinson.

Aliments favorisant la sécrétion de dopamine : œuf, noix, fève mungo, poulet, dinde, canard, gibier, chocolat noir, cacao cru.

L’acétylcholine

L’acétylcholine est le seul neurotransmetteur majeur qui n’est pas synthétisé à partir d’acides aminés (la plus petite fraction des protéines). Il est fabriqué à partir de la choline et de la forme active de l’acide pantothénique (vitamine B5). L’acétylcholine se retrouve principalement dans le système nerveux central et dans les synapses glandulaires et musculaires. Ce neurotransmetteur intervient dans la stimulation musculaire et le contrôle du mouvement. L’acétylcholine est impliquée dans les fonctions cognitives notamment la mémoire, la concentration et le raisonnement logique. Dr Éric Braverman, l’auteur du remarquable ouvrage  Un cerveau à 100 %, associe l’acétylcholine à la créativité. Cette molécule semble être prédominante chez les artistes, les personnes au caractère visionnaire, les créateurs, les inventeurs, les « Tintin », ces explorateurs de notre univers. À l’opposé, un manque d’acétylcholine est observé dans les cas de troubles de la mémoire, le manque de concentration et aussi dans les pathologies cognitives telles que la maladie d’Alzheimer et les troubles séniles.

Aliments favorisant la sécrétion d’acétylcholine : verdure, avocat, concombre, courgette, artichaut, crucifères, amande, noix de pin, noix de macadamia, œuf, saumon, crevette, poulet, dinde.

Femme qui peint
L’acétylcholine serait associée à la créativité.

 

Le GABA

Le GABA (acide gamma-aminobutyrique) est synthétisé à partir de l’acide glutamique, un acide aminé issu de notre alimentation. C’est le neurotransmetteur le plus répandu dans le cerveau. Le GABA joue un rôle majeur dans la détente et la relaxation du système nerveux et musculaire. C’est le neurotransmetteur par excellence pour réduire l’anxiété. Le GABA est reconnu pour réduire les spasmes musculaires et les crises d’épilepsie, et pour calmer les tremblements en présence de la maladie d’Huntington. Le GABA est également impliqué dans les fonctions de mémorisation et de contrôle de la transmission des signaux nerveux.

Aliments favorisant la sécrétion du GABA : amande, banane, brocoli, épinard, lentilles, protéine de riz germé, son de riz germé.

La sérotonine

La sérotonine (5-hydroxytryptamine, 5-HT) est synthétisée à partir du tryptophane, un acide aminé issu de notre alimentation. Cette molécule est synthétisée dans le cerveau, mais également dans l’intestin par des cellules endocrines ou immunitaires et certains neurones intestinaux. Plus qu’un neurotransmetteur, on attribue également un rôle hormonal à cette molécule qui joue un rôle fondamental au sein du métabolisme. En effet, la sérotonine intervient dans différentes fonctions de l’organisme notamment la régulation de la température, l’humeur, l’appétit, les comportements alimentaires et sexuels, la douleur et le sommeil. Elle est le précurseur nécessaire à la synthèse de la mélatonine. Il est important de noter que la sérotonine influence l’activité des autres neurones. Ainsi, la sérotonine aura un impact direct sur le sommeil, mais également sur la régulation par exemple de la dopamine (moins d’énergie, recherche de stimulant), d’acétylcholine (moins de concentration et de créativité) et du GABA (anxiété, rage de sucre). Les troubles du sommeil, les comportements compulsifs et impulsifs, l’agressivité, la dépression et les tendances suicidaires semblent être associés à des déséquilibres de la sérotonine.

Aliments favorisant la sécrétion de la sérotonine : banane, avocat, chocolat noir, cacao cru, poulet, œuf, canard, dinde, gibier.

La dopamine et la sérotonine ont un rôle important en matière d’humeur.

 

***

On pense souvent à l’équilibre du cerveau quand on parle de concentration, de dépression, d’autisme, de trouble du comportement, d’Alzheimer ou de déficit d’attention. En réalité, il est essentiel, pour nous tous, d’en prendre soin pour créer une énergie et une clarté optimales, et pour offrir des espaces de communication et de transmission fluides au sein du cerveau et de l’organisme. Les expériences qui ont tissé mes apprentissages m’ont permis de réaliser que nous oublions souvent de prendre soin des piliers indispensables à l’équilibre du système nerveux. Nous oublions également d’offrir les nutriments et les micronutriments essentiels au fonctionnement de cet organe qui influence l’ensemble des réactions métaboliques au sein de notre corps, de notre santé et de notre bien-être. La santé du cerveau est un paramètre au cœur de notre cheminement vers la santé et le mieux-être. Pour plus d’informations, je vous invite à lire mon livre La voie de l’équilibre, publié aux Éditions Le Dauphin Blanc (2011).

Imane Lahlou
Docteure en sciences des aliments et naturopathe
Auteure et conférencière
www.imanelahlou.com