Trouvaille du mois – Histoire de la Nouvelle-France

Tous les mois, les équipes de la Réserve muséale et du Centre d’archives du Monastère sélectionnent un objet parmi le riche patrimoine matériel légué par la communauté des Augustines. En vedette, ce mois-ci, un livre de Pierre-François-Xavier de Charlevoix: Histoire de la Nouvelle-France: Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique Septentrionale, tome III, 1744. Le monastère de l’Hôpital général de Québec reçut en don, le 14 novembre 1823, ce livre de la part de Mademoiselle de Saint-Ours, une pensionnaire et bienfaitrice de cette institution. 

Pierre-François-Xavier de Charlevoix, Histoire de la Nouvelle-France: Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique Septentrionale, tome III, 1744.
© Archives du Monastère des Augustines 
Fonds Monastère de l’Hôpital général

À la suite du regroupement de plus de 1 000 boîtes de livres de divers monastères des Augustines, en 2015, une inspection méticuleuse des livres reçus fut effectuée pour éliminer toute trace d’insectes nuisibles, tels les poissons d’argent. Ces derniers peuvent altérer l’intégrité physique des livres de manière irrémédiable.

Au cours de cet examen, les archivistes firent une découverte étonnante : des feuilles, des fleurs et des ouvrages en palme (rameaux) reposaient tranquillement entre les pages, et ce, depuis plusieurs années. Le livre de P. de Charlevoix est un exemple parmi d’autres, puisque de telles trouvailles se répètent dans plusieurs autres livres de la collection et des fonds d’archives des sœurs

Parfois, lorsqu’examinés, les livres du Centre d’archives du Monastère regorgent de surprises. Ici, on trouve notamment un ouvrage de palmes en forme de croix, une fleur de pensée, un pétale de roses et un petit autocollant en forme d’ourson.

Retirés des livres pour ne pas nuire à leur conservation, ces spécimens sont aujourd’hui le témoin d’une technique de séchage. Ils pouvaient ensuite être réutilisés pour la confection d’herbiers et de différents travaux d’artisanat.


Sur la première de couverture du livre figure un sceau doré. On y voit deux personnages, dont l’un représente la Justice. Ils tiennent un livre ouvert. On y lit en exergue « [i]ungit doctrina sorores », ainsi qu’une date, 1733. Il semble possible que ce sceau représente la bibliothèque des avocats au Parlement de Bretagne, fondée en 1733.

Pour en découvrir davantage sur le patrimoine des Augustines, visitez le Musée du Monastère. Explorez aussi d’autres documents sur le site Internet du Centre d’archives.