Un patrimoine sensible et utile

 

La mise en valeur d’un patrimoine utile

La valeur historique et patrimoniale des collections et des archives des Augustines est considérable et de première importance. En effet, conservatrices dans l’âme, les Augustines ont conservé religieusement les objets et documents depuis la toute première fondation en 1639.

En plus de témoigner du quotidien de la communauté, ces objets et documents d’archives témoignent de la vie de nos ancêtres, de l’histoire des soins de santé au pays et de nos racines religieuses qui sont, il va sans dire, incontournables au Québec.

Au Musée du Monastère, ouvert depuis le 1er août 2015, nous constatons différentes attitudes à l’égard du patrimoine religieux. En effet, la relation que les Québécois entretiennent envers leur histoire religieuse est complexe et sensible, elle diffère d’une génération à l’autre. Selon l’âge des visiteurs, l’appréhension du patrimoine religieux est tantôt nostalgique, tantôt méfiante, tantôt exotique, mais jamais indifférente.

Après une visite guidée du Musée, il arrive fréquemment que les gens soient intrigués, étonnés, touchés par ce pan de leur histoire. Au-delà de la religion dans son sens institutionnel, ce que les visiteurs perçoivent c’est le don de soi, l’intelligence,  la force et  les idéaux portés par ces femmes qui ont façonné notre système de santé au nom d’une foi immense. Dès lors, le visiteur peut constater que les pratiques religieuses telles que la prière, les célébrations, les rites et rituels, ainsi que les objets associés, sont indissociables de l’histoire des Augustines. En générant sens et cohésion, en soutenant, en élevant, en sublimant des actions et des intentions, ces pratiques religieuses ont été essentielles dans l’édification des œuvres des communautés religieuses.

En favorisant une compréhension juste et sensible, le rôle du Musée s’affirme et se révèle utile.  En effet, à travers ces objets et documents, le Musée et le Centre d’archives se sont donnés le défi de mettre en lumière, de valoriser et même de favoriser un sentiment de fierté envers à ce patrimoine fondateur. Tâche immense et ambitieuse certes, mais, à l’image des Augustines, c’est d’une manière empreinte de respect, de sérénité et de détermination que nous la mènerons à bien.