5 parcs où méditer dans le Vieux-Québec

Avez-vous déjà pratiqué la méditation en plein air? Se laisser bercer par le vent et s’émerveiller de la nature qui nous entoure tout en méditant est une expérience tout simplement magique. Et quels endroits plus enchanteurs que les parcs du Vieux-Québec, ce site du patrimoine mondial de l’UNESCO, pour s’offrir un tel moment de détente? Le Monastère des Augustines vous propose ainsi 5 parcs où méditer dans le Vieux-Québec cet été!

Le jardin des Gouverneurs

Le jardin des Gouverneurs, situé juste à côté du Château Frontenac, entre les rues des Carrières et de la Porte, est un parc urbain boisé et sillonné d’étroits sentiers qui fut construit vers 1648 sous l’initiative du gouverneur Charles Huault de Montmagny. Paisible, tout en étant campé à deux pas de la terrasse Dufferin et de la très animée Place d’Armes, le jardin des Gouverneurs n’a été ouvert au public qu’en 1838, après avoir été exclusif au gouverneur de la colonie. On y trouve par ailleurs le premier monument commémoratif érigé dans la ville de Québec! Il s’agit d’un obélisque dédié à la mémoire de Wolfe et Montcalm, qui s’affrontèrent lors de la célèbre bataille des plaines d’Abraham[1]. Installez-vous sous un des magnifiques arbres de ce parc à partir duquel on peut apercevoir le fleuve Saint-Laurent et relaxez.

Le parc du Cavalier-du-Moulin

Le parc du Cavalier-du-Moulin est possiblement l’un des lieux les plus insoupçonnés de la ville de Québec. Dissimulé tout au bout de la charmante rue Mont-Carmel, ce parc d’à peine 1500 mètres carrés, où l’on retrouve notamment de magnifiques ormes, peuplier deltoïde et amélanchier, offre à ses visiteurs une vue inédite sur le Vieux-Québec. Vestige de la fortification française de la ville érigée au 17e siècle, le parc du Cavalier-du-Moulin était à cette époque plus spécifiquement un ouvrage militaire défensif, appelé « cavalier ». Au moment de sa construction, en 1663, on y trouvait un moulin à vent, d’où le nom actuel du parc. Aujourd’hui, ce parc est une oasis de paix intime qui invite à se détendre dès qu’on y pose les pieds, un trésor caché adjacent au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec. Le parc est ouvert tous les jours de 7h à 23h et fermé du 1er novembre au 15 avril.[2]

Le parc du Bastion-de-la-Reine

Le parc du Bastion-de-la-Reine offre assurément un des panoramas les plus spectaculaires de la ville de Québec. Son histoire est intimement liée à la Citadelle de Québec, la plus importante forteresse construite par les Britanniques en Amérique du Nord. Le parc constitue en fait une section du glacis, c’est-à-dire un talus découvert et aménagé en pente douce devant la fortification[3]. Bien qu’il gagne en popularité, il est encore tout à fait possible de s’y installer en toute tranquillité. N’hésitez pas à privilégier la partie située plus à l’ouest du parc, entre les rues des Grisons et De Brébeuf. Délectez-vous de la vue exceptionnelle sur le fleuve Saint-Laurent, le Château Frontenac et le Petit-Champlain en respirant profondément et en vous laissant gagner par la gratitude, ce sentiment qui aide à savourer l’instant présent.

Le parc de l’Esplanade

Vaste parc accessible par la rue D’Auteuil et qui s’étend entre les rues Dauphine et Saint-Louis, le parc de l’Esplanade est un lieu prisé des habitués du Vieux-Québec. Peut-être avez-vous déjà aperçu des passants, juchés au sommet de ses fortifications, en train de se balader ou de pique-niquer? En grimpant à travers ses sentiers, vous atteindrez le haut des fortifications et aurez une très jolie vue sur les Laurentides et les magnifiques édifices de la rue D’Auteuil ou encore sur la splendide fontaine de Tourny et l’hôtel du Parlement de Québec. Avant de devenir un parc, l’Esplanade servait de zone visant à séparer les fortifications du tissu urbain de la ville de Québec. Cet espace a d’ailleurs été aménagé entre 1779 et 1783. Autrefois, le lieu était utilisé tant pour des exercices et des parades militaires que pour des rassemblements populaires, voire politiques[4]. Maintenant, il s’agit d’un endroit très agréable pour se reposer qui propose également une aire de jeux pour enfants.

Les plaines d’Abraham

Véritable poumon vert de la ville de Québec, le parc des plaines d’Abraham est l’un des plus prestigieux parcs urbains du monde et l’un des parcs historiques les plus importants du Canada[5]. Théâtre de la célèbre bataille des plaines d’Abraham de 1759, ce parc compte de nombreux monuments et vestiges historiques[6]. Adoré par les citadins, ce joyau de la ville de Québec et lieu de rassemblement culturel, composé de plus de cent hectares de plaines et de vallons fleuris, gazonnés et boisés, est d’une beauté inestimable. Il regorge d’espaces où se poser et de sentiers où se balader plus magnifiques les uns que les autres[7]. Parcourez-le pour y découvrir votre espace favori et n’hésitez pas à vous aventurer sur l’ensemble de sa superficie! Coup de cœur du Monastère pour les espaces entre l’avenue Garneau et la tour Martello 1, et entre la plate-bande de l’avenue Ontario et le pavillon Charles-Baillairgé du Musée national des beaux-arts du Québec. Ne manquez pas de faire un arrêt au jardin Jeanne-d’Arc sur votre chemin pour admirer les quelques 150 espèces de plantes et de fleurs.


[1] Jérôme Ouellet, « Le jardin des Gouverneurs (vers 1828) », Vues anciennes de Québec, 2015 [En ligne]  (Consulté le 12 juin 2019).

[2] Commission de la capitale nationale du Québec, « Parc du Cavalier-du-Moulin » [En ligne] (Consulté le 12 juin 2019).

[3] Parcs Canada, « Citadelle de Québec » [En ligne] (Consulté le 12 juin 2019).

[4] Jérôme Ouellet, « L’esplanade et la rue d’Auteuil (avant 1841) », Vues anciennes de Québec, 2016 [En ligne] (Consulté le 12 juin 2019).

[5] Commission des champs de bataille nationaux, « Plaines d’Abraham » (Consulté le 12 juin 2019).

[6] Jacques Mathieu, « Plaines d’Abraham », Encyclopédie du patrimoine culturel canadien [En ligne] (Consulté le 12 juin 2019).

[7] Commission des champs de bataille nationaux, opt. cit., « Plaines d’Abraham » [En ligne], (Consulté le 12 juin 2019).