Grippe espagnole: prendre soin en temps de pandémie

S’occuper du soin des pauvres à une époque où plusieurs maladies peuvent rapidement se répandre en épidémies comporte des risques élevés pour les religieuses. La tuberculose, par exemple, constitue une des infections les plus dévastatrices au tournant du 20e siècle. Le sacrifice de soi prend une tout autre signification pour les religieuses qui, en tentant d’alléger les souffrances des malades, y laisseront parfois leur vie. À l’Hôtel-Dieu de Québec uniquement, elles sont trois en 1896, six en 1900 et deux en 1901 à succomber à la maladie. Toutefois, la grippe de 1918, dite « grippe espagnole », aura bouleversé les Augustines de la ville de Québec.

Lire la suite « %s »