Les chirurgiens de la colonie

En Nouvelle-France, les soins de santé sont dispensés, entre autres, par les médecins et les chirurgiens-barbiers. Plus instruits, les premiers s’occupent des pathologies internes. Ils sont éduqués en latin dans les universités européennes et bénéficient d’une plus grande reconnaissance sociale. Ne jouissant pas d’une formation universitaire, les chirurgiens-barbiers sont organisés, à l’époque de la Nouvelle-France, autour de corporations de métier. En plus grand nombre dans la colonie, ils soignent les maladies externes (amputations, chancres, saignées, cautérisation des plaies). Pourquoi un tel clivage existe-t-il entre la chirurgie et la médecine, deux disciplines pourtant si connexes? Cette scission s’explique en remontant l’histoire jusqu’au Moyen-Âge, alors que l’Église voit d’un mauvais œil le mélange entre le sang et la spiritualité!

Lire la suite « %s »

Le premier hiver des mères fondatrices

Le 1er août 1639, les trois mères fondatrices augustines, originaires du monastère de Dieppe, en France, accompagnées de leur servante, débarquent à Québec pour fonder le premier hôpital au nord du Mexique. Leur mission : soigner et convertir les Amérindiens. Devant un monastère dont la construction est à peine entamée et un terrain où il ne passe point d’eau, les trois religieuses décident de ne pas s’y installer.

Lire la suite « %s »

Un passé qui les a divisées pour mieux les unir aujourd’hui

En ce mois de janvier, il convient de souligner un anniversaire très particulier pour les Augustines : la première année de la mise en fonction de la nouvelle entité du monastère Saint-Augustin, créée le 1er janvier 2016. Cette dernière consiste en l’union de quatre monastères actifs des Augustines : l’Hôtel-Dieu de Québec, l’Hôpital Général de Québec, l’Hôtel-Dieu de Chicoutimi et l’Hôtel-Dieu de Roberval, qui portent maintenant chacun le dénominatif de communauté. Les religieuses ont ainsi élu une supérieure, des directrices animatrices et un conseil pour gérer chaque communauté. Ce regroupement, réalisé dans une optique d’avenir, s’inscrit en lien avec les besoins changeants des communautés religieuses de notre époque. La raison principale qui a motivé ce regroupement est le vieillissement et la diminution de leurs membres, ce qui entraîne des problèmes de gestion qui sont de plus en plus complexes avec les années.

Lire la suite « %s »

Les habitudes alimentaires des Augustines d’hier à aujourd’hui

 

Par Alix Paré-Vallerand, Guide au Musée du Monastère des Augustines

Ces temps-ci, dans les jardins du Monastère des Augustines, les arbres se dénudent et frissonnent, la température baisse et quelques flocons virevoltent dans le vent : l’hiver est à nos portes! Peut-être avez-vous l’envie de cuisiner des plats réconfortants, comme en préparaient les Augustines à l’époque? Voici donc quelques petits mots sur les habitudes alimentaires de la communauté, de leur arrivée en Nouvelle-France jusqu’à aujourd’hui…

Lire la suite « %s »

La mort au monastère des augustines

 

Hugues St-Pierre, Guide, Musée du Monastère des Augustines

Chaque année, l’Église catholique célèbre la Commémoration des fidèles défunts le 2 novembre. Pour l’occasion, cet article propose de survoler quelques-unes des manifestations à la fois rituelles et symboliques de la mort chez les Augustines de Québec, pour qui la mort est une réalité bien présente, à l’hôpital comme au monastère.

Lire la suite « %s »

Les Augustines et les Ursulines: une amitié datant de plus de 365 ans!

Le 30 décembre 1650, à trois heures du matin, un incendie se déclare au monastère des Ursulines, à quelques rues de l’Hôtel-Dieu de Québec. À la lumière des flammes qui refusent de s’éteindre, dans la panique et le désarroi, les quinze occupantes qui s’y trouvent se réfugient au monastère des Augustines. Leur séjour se prolongera pendant trois semaines, le temps de se trouver un logis provisoire.

Lire la suite « %s »

L’incomparable incendie de 1866 à québec

Environ 2 500 maisons détruites, 18 000 personnes à la rue, une dizaine de morts, plusieurs blessés et une perte évaluée à 3 000 000 $! Voilà des chiffres qui font peur. Mais à quel événement catastrophique font-ils référence? Pour le découvrir, il faut remonter 150 ans en arrière dans l’histoire de la ville de Québec, plus précisément en basse-ville, dans les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur.

Lire la suite « %s »

L’École des Infirmières de l’Hôtel-Dieu de Québec

Une question trotte dans la tête de plusieurs visiteurs du musée : les Augustines possèdent-elles un diplôme d’infirmière? Jusqu’au début du XXe siècle, les Augustines, responsables des soins des malades, se forment entre elles grâce à un apprentissage basé sur le mimétisme, en reproduisant les gestes de leurs aînées. La fin du XIXe siècle amène la révolution médicale; les exigences au sein de l’hôpital se font de plus en plus grandes. L’augustine doit bientôt fréquenter l’école!

Lire la suite « %s »