Cultiver la paix intérieure par les déplacements durables

Paix. Ce mot incarne un état de bien-être espéré par plusieurs personnes. Pour l’atteindre et le maintenir, plusieurs efforts constants peuvent être mis en œuvre, et ce, sous diverses formes (méditation, conciliation travail-vie personnelle, relations harmonieuses de couple ou d’amitié, etc.).

Pour acquérir un sentiment de paix intérieure, une solution possible, mais tout de même exigeante, consiste à substituer certaines habitudes de vie par d’autres afin de mener à cette tranquillité. Pensons notamment aux déplacements maison-travail en voiture. Si ces derniers sont longs et fastidieux, il est possible qu’ils contribuent à un certain déséquilibre personnel. Voici 5 raisons de se déplacer autrement qu’en voiture, afin de développer une paix intérieure. 

1- Revenir à soi par la marche, le vélo ou le transport en commun 

Quelle joie de marcher ou de pédaler simplement vers son lieu de travail! Cela permet de revenir à soi, dans un état de contemplation de la nature, des sons environnants et des passants. Ces modes de transport alternatifs à l’automobile sont aussi des occasions favorables pour se connecter à ses émotions, pour méditer et avoir tous ses sens stimulés. Hiver comme été, les bienfaits sont toujours présents. De plus, cela favorise un état de quiétude grâce à l’élimination d’éventuels pépins, comme des bris mécaniques, tout en favorisant un gain économique et environnemental.

Ces moments constituent par ailleurs d’excellentes occasions de faire des séances de cohérence cardiaque, une pratique simple, à répéter idéalement 3 fois par jour. Elle consiste à faire 6 inspirations et expirations (5 secondes chacune) par minute durant 5 minutes, sans pause entre les inspirations et les expirations. Saviez-vous que les bienfaits de la cohérence cardiaque sont nombreux et démontrés scientifiquement? Parmi eux, on compte la réduction du stress et de l’anxiété, la diminution de la tension artérielle, le renforcement du système immunitaire et l’amélioration de l’équilibre hormonal.[1]

2- Cultiver la paix par l’écoute

La marche et le transport en commun permettent d’écouter des baladodiffusions, des enregistrements de méditations, de la musique, des mantras… ou encore de cultiver le silence et de pratiquer la pleine conscience. En marchant ou en transport en commun, on s’ouvre à un univers audio nous permettant d’établir un sentiment de paix intérieure et nous gratifiant d’un beau moment consacré à notre bien-être.

Évidemment, en vélo, la sécurité prime sur les écouteurs et l’attention doit être dirigée vers l’action du déplacement. Toutefois, se déplacer en vélo peut justement être une occasion de choix pour pratiquer la pleine conscience. Comment? Concentrez-vous sur le moment présent. Portez votre attention sur l’expérience que vous vivez, en vous et autour de vous, sans émettre de jugement. Portez votre attention sur votre respiration, sur l’action de vos jambes qui pédalent, sur les sons qui vous entourent et laissez filer vos pensées, comme des nuages qui se déplacent dans le ciel. Cette pratique pourrait vous permettre de diminuer votre stress à l’égard des tâches que vous avez à accomplir au travail ou dans votre vie personnelle.

La pratique de la pleine conscience peut en effet réduire le stress et l’anxiété, tout en améliorant certaines fonctions cognitives telles que la concentration et l’attention. Elle peut vous amener à développer une bienveillance et une acceptation plus grande envers les autres et vous-même.[2]

3- Un déplacement payant pour la santé

Marcher ou de pédaler pour se rendre au travail a plus d’un avantage. Même le transport en commun permet de marcher plus que si la voiture était utilisée. On s’active, on dépense plus de calories et on augmente notre santé cardio-vasculaire tout en économisant sur les coûts d’essence et de stationnement.

Que dire de notre santé mentale? La pratique de la marche et le vélo limite les aspects négatifs et les agents stresseurs que sont les embouteillages, les accidents, etc. Selon l’organisme britannique Mental Health Foundation, l’exercice physique a un effet positif sur l’humeur, le stress et l’anxiété, mais aussi sur l’estime de soi. De plus, l’exercice réduit les risques de dépression et, plus particulièrement chez les personnes âgées, il réduit les risques de régression des facultés cognitives.

4- Faire un bilan quotidien

Les déplacements durables à vélo, à la marche et en transport en commun sont un bon moment pour décompresser de notre journée et faire un bilan rapide. En effet, pourquoi ne pas utiliser cette fenêtre de retour vers soi pour équilibrer notre journée en faisant par exemple un scan émotionnel et en s’exerçant au lâcher-prise? Si nécessaire, pourquoi ne pas tenir un petit journal (appelé journaling, en anglais), dont les effets s’avèrent très positifs? Surtout, ne vous mettez pas de pression quant à l’apparence de votre journal. Vous pouvez même prendre des notes sur votre téléphone, tout simplement!

Voici un exercice à essayer : chaque jour, écrivez 3 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant.e, puis 3 choses qui vous ont dérangé.e. Associez ensuite une émotion à chacune de ces pensées. De cette façon, vous signifierez à votre cerveau que vos préoccupations ont été traitées et réduirez ainsi le bavardage mental. Vous pouvez également utiliser votre journal pour prendre en note des tâches à effectuer dans le futur. Votre esprit sera alors plus libre et vous pourrez mieux apprécier le moment présent. Judicieux!

5- Réduire son empreinte écologique

L’usage de transport alternatif limite notre empreinte écologique, car nous limitons l’utilisation de la voiture et des gaz à effet de serre (GES) qu’elle émet. Réduire son empreinte écologique permet donc également de faire sens avec ses valeurs et induit une valorisation personnelle. Cette valorisation peut dès lors contribuer à une paix intérieure. En effet, agir selon ses valeurs permet de s’aligner sur son être profond et réduit les tensions intérieures.

***

Malgré tout, il est possible que votre réalité ne vous permette pas de vous passer de votre voiture. Peut-être pouvez-vous alors faire un compromis, par exemple en utilisant les Parc-o-bus, et en effectuant une partie du trajet en autobus? Sinon, tentez d’utiliser un moyen de transport alternatif au moins une fois par semaine ou évaluez auprès de votre employeur la possibilité de faire du télétravail à l’occasion. Si ce n’est vraiment pas possible, vous pouvez toujours tenter de trouver d’autres alternatives pouvant atténuer les éléments stresseurs de votre vie. Même si changer une habitude peut parfois sembler difficile, il est tout de même intéressant d’en faire l’exercice et d’essayer de sortir de notre zone de confort afin de cultiver notre paix intérieure.


[1] David Servan-Schreiber, Guérir, Éditions Robert Laffont, 2003, p. 74 à 77.

[2] Université Laval, « La pleine conscience » [en ligne] (consulté le 31 septembre 2019).