Découvrez l’oeuvre de Marianne Nicolson au Monastère

Dans le cadre de la Manif d’art 9 – La biennale de Québec, Le Monastère des Augustines a le privilège d’exposer une œuvre originale de Marianne Nicolson, artiste britanno-colombienne de la nation Dzawada’enuxw. Intitulée Walasida Paxala “The Great Healer”, l’œuvre est un bel exemple d’un processus de réactualisation des langages visuels et symboliques des cultures autochtones.

« Invitée à investir la façade vitrée du Monastère des Augustines pour la biennale, Nicolson s’est tournée vers l’histoire de la médecine locale et ses ancrages dans le territoire naturel. Ses représentations stylisées renvoient à la faune et à la flore locale, sources de remèdes naturels employés par les peuples indigènes puis par les Augustines pour soigner les malades. »[1]  

Dans cette oeuvre de Marianne Nicolson, la tortue symbolise le territoire. La date sur sa carapace fait référence à la Proclamation royale de 1763, promulguée par le roi George III. Cette proclamation est parfois appelée « la charte des droits des Autochtones ».

L’œuvre et son explication peuvent être appréciées au Monastère des Augustines, jusqu’au 21 avril 2019.

[1] Extrait de la notice accompagnant l’œuvre.